BonneZ'adresses Femmes Hommes J'achète

Espigas, les espadrilles voyageuses et solidaires

Vous sentez cet appel du large qui vous agite les doigts de pied quand vous enfilez les Espigas ?  Légères, souples, ultra confortables, avec ses belles couleurs estivales, ces espadrilles venues de la pampa argentine vous donnent rapidement des envies de vacances et de vagabondage. En attendant, le grand départ, Waz’habit a posé ses valises à Marseille pour une rencontre avec Bérengère, la créatrice de cette jolie marque d’espadrilles pas tout à fait comme les autres.

Bérangère a créé la marque de chaussure Espigas il y a 3 ans après un voyage d’un an avec sa famille de l’Alaska à la Terre de feu.

Dès la première page du site Internet Espigas.fr, le ton est donné. On y admire la Laguna colorada, splendide lagune aux reflets rouges, perchée à 4000 mètres d’altitude dans l’altiplano bolivien. L’esprit du voyage souffle sur cette marque dont l’histoire débute à l’autre bout du monde. Bérangère et son mari décident en 2012 d’emmener leurs 5 enfants dans un grand road trip d’un an à travers l’Amérique. De l’Alaska à la Terre de feu, ils s’offrent une année d’aventures inoubliables. « Très vite au cours de notre voyage, nous avons découvert les Alpargatas. Ces espadrilles amenées par les basques au XIXème siècle sont encore portées aujourd’hui par les gauchos argentins qui les utilisent pour monter à cheval. Nous avons eu un véritable coup de coeur pour ces chaussures en toile. On les a vues, essayées et elles ne nous ont plus quittés du voyage », raconte Bérangère. En rentrant à Marseille, les voyageurs les montrent à leurs amis qui les encouragent à se lancer. « Tout est allé très vite. En 2 mois, nous avions monté notre petite entreprise. »

La famille dans le salar d’Uyuni en Bolivie.

L’ADN de la marque : liberté, confort, authenticité, différence

Espigas veut dire Epis en espagnol. « Nous avons choisi ce nom parce que sa consonance évoque le voyage. Et puis l’épi se rapproche de l’épilet, cette petite herbe sèche du sud de la France qui s’accroche dans vos chaussettes, qui gratte et ne ressort jamais. C’est un peu, notre ADN. L’Espigas n’est pas une espadrille traditionnelle. Tout d’abord, elle n’a rien à voir avec les espadrilles basques que l’on connait tous. C’est une vraie chaussure, monter sur forme avec des machines, avec un encollage spécial, une semelle et une voute plantaire. Ensuite, nous avons voulu qu’elle soit branchée et créative. Nous nous sommes associés avec des artistes peintres qui ont créé des dessins pour nous. Nous jouons aussi sur les couleurs éclatantes avec des extérieurs et des intérieurs différents. Enfin dans chaque chaussure nous avons mis une « philoso-phrase » pour ne pas marcher bête comme ses pieds ! », ajoute Bérangère.

Sardinade, c’est l’histoire d’une rencontre sur la toile, de très grandes toiles pour le peintre plasticien Renaud Vincent Roux et de très petites pour Bérengère la créatrice d’Espigas, des Espadrilles en toile.

 

L’espadrille voyageuse et solidaire

L’Espigas voyageuse est aussi solidaire. Lors de leur voyage, la famille Perret croise l’ONG italienne Mato Grosso. L’association est implantée depuis 45 ans en Bolivie, Pérou, Equateur et œuvre pour maintenir dans les villages les populations locales de la Cordillère des Andes. « C’est une ONG très dynamique qui forme les jeunes à un métier, notamment aux métiers d’art, fait du soutien scolaire, aide les plus pauvres, crée de l’emploi par le biais de coopératives. Mais ce qui nous a beaucoup plu c’est que cette association ne fonctionne qu’avec des bénévoles. Chaque euro donné est un euro qui va directement aux populations locales. » Espigas donne 2 euros pour chaque paire achetée sur le site.

Les espadrilles Espigas ont rejoint le corner Marseille des Galeries Lafayette à Marseille.

Bientôt made in Marseille

Pour le moment les Espigas sont fabriquées en Chine et un peu en Argentine. « Nous avons tout d’abord fait fabriquer en Argentine mais les résultats n’étaient pas satisfaisants pour les standards européens. En France, c’était beaucoup trop cher. Nous nous sommes alors tournés vers la Chine car ils ont le savoir-faire. Lorsque j’ai lancé la marque, je n’y connaissais rien en fabrication de chaussure. Je ne comprenais pas la technicité du produit. Je suis allée sur place rencontrer le fournisseur, voir l’usine et s’assurer des conditions de travail mais cela ne me satisfait pas. Après 4 années d’expérience, notre démarche va s’axer dorénavant vers la fabrication locale à Marseille dans la mesure du possible tout en restant accessible en prix. Nous allons teindre et faire coudre les chaussures ici. Nous sommes en contact avec un ESAT* pour le collage. Nous aimerions aussi faire une chaussure 100% recyclable mais tout cela va se faire progressivement », conclut Bérangère.

* Etablissement et service d’aide par le travail. L’Esat est un établissement médico social de travail protégé réservé aux personnes en situation de handicap et visant à leur insertion ou réinsertion professionnelle et sociale.

 

Pour mettre en place ce projet, Bérangère participe au concours de la fabrique Aviva. Si vous voulez les soutenir, vous avez jusqu’au 11 avril pour voter pour eux ici :
La Fabrique Aviva/Espigas

 

Où les trouver ?

Espigas est une marque de chaussures pour hommes et femmes.

Prix : espadrille de 35 à 39,90 euros selon les modèles

La marque fait aussi des tennis : 45 euros et des boots : 75 euros

Vous pouvez les trouver :

Sur leur site Internet : www.espigas.fr

Dans le corner spécial Marseille des Galeries Lafayettes à Marseille

Elle est aussi distribuée dans quelques boutiques en France : liste des boutiques ici

2 de commentaires

Laisser un commentaire