BonneZ'adresses Femmes J'achète

Ambrym : l’aquarelle en mode éthique

Gabrielle-GerardGabrielle n’est pas une enfant de la mode et elle le revendique. Dans sa boutique, pas de quoi rassasier la soif des fashionistas en quête de tendance absolue. Ambrym a sa pâte, Ambrym est singulière, Ambrym reste une marque de mode éthique artisanale, fabriquée en France et c’est tant mieux.

Sa longue natte blonde tressée sur le côté, la créatrice de la marque a ses convictions chevillées au corps. Elle a beau avoir suivi les cours d’une grande école, c’est dans son atelier d’illustratrice que ses inspirations prennent vie. « J’ai plutôt une approche artistique et créative. Mon obsession, c’est le dessin. J’ai d’ailleurs beaucoup simplifié les modèles de mes collections, les formes restent les mêmes d’une année sur l’autre, ce sont les motifs qui changent ».

Une mode éthique artisanale

La trentenaire a lancé sa marque il y a maintenant six ans, en revenant d’un séjour au Brésil où elle avait travaillé comme styliste pour une marque de vêtements équitables et biologiques. « A ce moment là, l’offre de mode éthique créative était vraiment restreinte. J’ai d’abord lancé une collection capsule qui a reçu la mention spéciale du jury au festival de Dinard. » Une récompense encourageante qui la pousse à lancer sa propre marque de mode éthique.

Ambrym c’est d’abord une invitation au voyage au cœur du pacifique sud, un écho à l’enfance de la créatrice, qui a grandi en Micronésie. Ses sérigraphies végétales, tribales et aériennes sont réalisées de manière artisanale. Certaines pièces sont mêmes colonisées de ses mains à l’aquarelle  et numérotées.

Du made in France ou rien

Gabrielle a décidé de tout faire fabriquer en France. Pour le savoir faire d’abord. Pour le bon sens ensuite. « Je ne vais pas faire fabriquer mes petits volumes très loin, ce serait contreproductif et c’est aussi plus facile de gérer les aléas quand les équipes sont géographiquement proches ». Sa façonnière la suit depuis le début – un vrai gage de confiance et ses ateliers de confection sont à Paris. Certains modèles sont réalisés par un atelier de réinsertion à Saint-Denis. Si la french touch et le « fabriqué en France » séduisent beaucoup les acheteurs professionnels japonais et américains, la filière française joue les timorées. « C’est incroyable, les acheteurs pro-français ne prennent aucun risque, ils sont très frileux vis à vis des petits créateurs » s’offusque Gabrielle.

Sa marotte ? Le lin européen

La plupart de ses collections sont réalisées en lin européen. « C’est une plante naturellement écologique qui m’intéresse beaucoup. Je travaille des signes clairs qui offrent un beau rendu sur le lin avec l’impression numérique ». La matière première provient de France, de Roumanie et de Pologne. Certaines pièces sont confectionnées en coton biologique, provenant de Turquie et sont tricotées au Portugal.

 Fabrication : France

Provenance des matières premières :
France, Roumanie Pologne

Exemple de prix : robe 100% lin, made in France, 113€

Bon plan: les anciennes collections sont toujours à vendre à -50%.

C’est où ? : Galerie-boutique Ambrym, 22 – 24 rue des Vinaigriers 75010 Paris

Ouvert : du Mercredi au Samedi de 11H30 à 19H30 et le Dimanche de 15h00 à 19h00

Sur le web : http://www.ambrym.fr/

 

Laisser un commentaire